Infection urinaire : Symptômes, causes et traitement

causes et traitement

Touchant en grande majorité les femmes, les infections urinaires sont courantes. Ce problème médical peut être récurrent chez certaines personnes, qui feront des cystites à répétitions. Tandis que d’autres n’y seront confrontées que de manière isolée. Mais dans tous les cas, il est important de soigner une infection urinaire sans attendre, car les risques d’aggravations sont très sérieux. Dans cet article, vous découvrirez les symptômes de l’infection urinaire, ses principales causes et les traitements à envisager.

Les symptômes d’une infection urinaire

Une infection urinaire peut être plus ou moins localisée. En effet, cette affection du système urinaire peut toucher l’urètre, la vessie, les uretères et/ou les reins. Les formes les moins sévères se limitent à l’urètre et à la vessie (on parle alors de « cystite »). Et lorsque l’infection commence à remonter dans l’appareil urinaire, le cas devient bien plus sérieux.

Concrètement, le principal symptôme d’une infection urinaire est une sensation de brûlure légère ou intense au moment d’uriner ou juste après. Le besoin d’uriner (en petites quantités) est également plus fréquent et pressant. En complément, il est possible que du sang apparaisse dans les urines, qui sont plus troubles et présentent une odeur forte et désagréable.

Enfin, lorsque l’infection gagne les reins, la personne ressent souvent des tiraillements et/ou des douleurs abdominales. De la fièvre, des frissons et des vomissements peuvent aussi apparaître.

Quelles sont les causes possibles ?

Une infection urinaire peut toucher différentes parties du système urinaire. Selon sa forme et sa localisation, il pourra s’agir d’une cystite infectieuse, d’une urétrite infectieuse ou d’une pyélonéphrite.

Les 3 types d’infections urinaires

1) La forme d’infection urinaire la plus commune est la cystite infectieuse, qui touche surtout les femmes. La responsable est l’Escherichia coli. Il s’agit d’une bactérie intestinale, qui se pénètre anormalement dans la vessie en passant de la région anale à l’urètre. La profération de cette bactérie provoque alors une inflammation du système urinaire, ce qui empêche l’évacuation correcte de l’urine. Cette forme d’infection urinaire s’accompagne presque toujours d’une inflammation de l’urètre. Et en cas de complication, elle peut évoluer en pyélonéphrite (voir troisième point).

2) L’urétrite infectieuse ne touche que l’urètre, le canal par lequel l’urine est évacuée de la vessie. Il s’agit d’une IST (infection sexuellement transmissible) courante chez les hommes, mais qui peut aussi concerner les femmes. En pratique, une urétrite infectieuse peut être causée par différents agents infectieux, comme la chlamydia et le gonocoque (bactérie provoquant la « chaude-pisse »). Chez les hommes, elle s’accompagne parfois d’une infection de la prostate (prostatite).

3) La pyélonéphrite aiguë est beaucoup plus grave. Résultant d’une infection bactérienne, elle se caractérise par une inflammation du rein et du bassinet rénal – le réservoir qui collecte les urines avant de les envoyer vers la vessie. Par exemple, si une cystite est mal soignée, les bactéries Escherichia coli remontent dans les reins et s’y multiplient. C’est pourquoi cette affection apparaît plus souvent chez les femmes.

Les personnes à risque

Comme expliqué, certains sujets sont plus sensibles aux infections urinaires. C’est notamment le cas des :
– Femmes, dont l’anatomie augmente les risques de contamination de l’appareil urinaire par des bactéries intestinales. En effet, leurs régions anale et urinaire sont plus proches, et leur urètre est plus court que chez l’homme. De plus, la grossesse, le diaphragme contraceptif, la ménopause et les tampons hygiéniques augmentent aussi les risques d’infection urinaire.
– Hommes avec des problèmes de prostate et jeunes hommes ayant une activité sexuelle peu responsable. Ils ont plus de risques de contracter une urétrite infectieuse.
– Enfants et adultes ayant une malformation des voies urinaires.
– Diabétiques. Leur urine présente un taux élevé de sucre, ce qui favorise la prolifération bactérienne.

Comment soigner efficacement une infection urinaire ?

Quel que soit le type d’infection urinaire, il est primordial de la soigner immédiatement.

Pour commencer, il faut faire un test d’urine. Afin d’éliminer les bactéries responsables, le médecin prescrit immédiatement un traitement antibiotique (amoxicilline, nitrofurantoïne, sulfaméthoxazole ou triméthoprime). Si besoin, il peut ensuite l’adapter en fonction des résultats du test.
Généralement, la prise d’antibiotique dure 3 à 5 jours – sauf chez l’homme et la femme enceinte, pour qui le traitement dure 10 à 14 jours. Mais en 24 à 48 heures, les symptômes disparaissent.

Si la personne souffre de douleurs abdominales, un antalgique classique (comme du paracétamol) est également prescrit.

Par ailleurs, un traitement antibiotique préventif est souvent envisagé en cas d’infections à répétition. Et chez certaines patientes, une intervention chirurgicale peut aussi être réalisée (méatoskénectomie, méatotomie, urétrotomie…).

Enfin, la pyélonéphrite nécessite souvent une prise en charge d’urgence. Prendre des antibiotiques sur une assez longue durée peut être suffisant. Mais puisque cette affection peut masquer un problème sous-jacent, il est aussi recommandé de consulter un urologue, réalisera des examens approfondis.

Prévenir les infections urinaires : les bons gestes au quotidien

Pour limiter les risques d’infections urinaires, il existe aussi des solutions. De manière générale, les bons gestes à adopter sont :
– Boire suffisamment d’eau pour accélérer l’élimination des bactéries.
– Le jus de canneberge empêche les bactéries d’adhérer aux parois de l’appareil urinaire. En boire régulièrement peut donc aider à prévenir l’apparition d’infections.
– Ne pas se retenir d’uriner, pour éviter l’accumulation de bactéries dans la vessie et les reins.
– Soigner les problèmes de constipation, qui entraînent une stagnation des bactéries intestinales dans le rectum.
– Avoir une hygiène intime irréprochable.

Conclusion

Le système urinaire joue un rôle crucial dans l’organisme. Si un ou plusieurs de ses éléments sont infectés, les risques de complications sont énormes. D’une part, les bactéries responsables de l’infection urinaire peuvent s’étendre à d’autres fonctions et causer des dommages encore plus graves. D’autre part, les déchets ne sont plus éliminés correctement l’organisme, ce qui favorise le développement d’autres infections.
Ainsi, même si l’infection urinaire est un problème de santé commun, elle ne doit surtout pas être négligée. Pour éviter des complications, il est essentiel de de la traiter rapidement et correctement, dès les premiers symptômes. Et en cas de récidives multiples, il faut consulter un spécialiste afin d’identifier un éventuel problème sous-jacent.

Livraison pharmacie, médicaments et parapharmacie 7j/7

Un service de livraison à domicile rapide et efficace dans votre ville avec des pharmaciens à votre écoute.

button-2