Comment les nouvelles technologies peuvent aider les Français à rester en bonne santé ?

NotificationsÀ l’ère du numérique, tous les secteurs d’activité sont bouleversés par l’arrivée des nouvelles technologies. Le domaine de la santé n’y échappe pas. Entre révolution et prudence, ces nouvelles tendances tirent parti du développement des objets de santé connectés. En effet, rien qu’en 2016, 73 millions de ces appareils ont été distribués dans le monde et 161 millions seront disponibles en 2020 (selon une étude de Grand View Research). Mais si le secteur de l’e-santé est en train de révolutionner notre manière de nous soigner, de nombreux observateurs recommandent de le prendre avec des pincettes. Tour d’horizon sur les principales technologies qui peuvent aider les Français à rester en bonne santé.

Les sites d’actualités spécialisés dans la santé

En France, aux sites d’actualités traitant d’informations générales s’ajoutent désormais les sites spécialisés :

  • Santé publique France: ce site regroupe 3 grands acteurs de la santé (InVS, Ineps et Eprus) pour diffuser des informations liées aux risques sanitaires, promouvoir la santé et la réduction des risques pour la santé, ainsi que la prévention et l’éducation pour la santé.
  • Le site Pharmacity, accessible à l’adresse https://www.pharmacity.info/, propose un condensé de l’actualité médicale à l’aide de dossiers santés accessibles à tous.
  • Le site d’actualité Medisite propose quant à lui des informations plus globales du monde de la santé. Dossiers, quizz, vidéos, tests… Autant de contenus qui visent à satisfaire un très large public.

La téléconsultation

En France, plus de 60 000 consultations médicales à distance ont été effectuées depuis 2018, l’année d’application du remboursement de la téléconsultation. Véritable solution contre les déserts médicaux et les parfois trop longs temps d’attente, la téléconsultation en est cependant encore à ses balbutiements. Par définition, il s’agit d’une consultation médicale qui s’effectue à distance à l’aide des technologies de vidéoconférence. La séance est réalisée entre un médecin et un patient qui, en cas de besoin, peut être accompagné par un professionnel de la santé.

Le drive sur ordonnance

Encore relativement marginal en pharmacie, le drive sur ordonnance est en train de faire ses premiers pas en France. Parmi les grands acteurs de ce domaine figure Pharmao, une application pharmacie adoptée par des centaines d’officines. L’objectif est double :

  • permettre aux pharmaciens d’honorer les ordonnances qu’ils ont reçues,
  • éviter aux patients les longues files d’attente et leur éviter de devoir se déplacer deux fois.

En pratique, Pharmao permet d’envoyer son ordonnance par photo à une pharmacie et d’effectuer le retrait des produits une fois la commande prête. Il suffit donc d’utiliser son smartphone pour prendre en photo son ordonnance, et de sélectionner la pharmacie de son choix parmi les établissements répertoriés.

Mais au-delà du gain de temps, Pharmao permet également aux patients de faire des rappels de posologie, de trouver des pharmacies à l’aide de la géolocalisation, de trouver des pharmacies de garde… L’application permet même de précommander des produits de pharmacie en promotions dans les pharmacies répertoriés, et ce sans effectuer de paiement en ligne. Ainsi, pas besoin de fournir des coordonnées bancaires ni de s’engager à effectuer l’achat.

Les objets connectés de santé

L’Internet des objets (Internet of Things, ou IoT) est en train de révolutionner tous les secteurs d’activité, y compris le domaine de la santé. Cependant, au même titre que l’e-santé au général, son déploiement dans la santé reste freiné par quelques obstacles, en particulier la crainte des utilisateurs et professionnels de santé en matière de secret médical.

Par définition, un objet connecté est un appareil relié à Internet via un système de communication sans fil, sans forcément avoir besoin d’interface web. Il contient des composants électroniques qui lui permettent de communiquer avec différents périphériques ou systèmes : smartphone, ordinateur, tablette…

Outre les caméras, lunettes, balances et vêtements, de nombreux objets connectés se prêtent également au secteur de la santé. Il s’agit notamment des moniteurs d’activités, des montres et bracelets qui, une fois connectés à un smartphone, peuvent réaliser plusieurs activités :

  • collecter diverses données sur l’état de santé du patient,
  • traiter les données,
  • envoyer les résultats obtenus à un professionnel de santé,
  • alerter le professionnel de santé en cas de problème.

L’utilisation des objets connectés dans la récupération des données de santé remplit plusieurs objectifs au même titre que le DMP (dossier servant de carnet de santé numérique). Parmi ces objectifs, citons entre autres :

  • la simplification du diagnostic en matière de téléconsultation,
  • la réalisation d’un meilleur suivi des patients, et ce même lorsque le professionnel de santé n’est pas présent,
  • la possibilité de l’auto-suivi du patient,
  • la prévention des risques de santé…

Surfant sur la vague de l’e-santé et de la téléconsultation, de nombreux fabricants ont d’ailleurs développé des objets de santé connectés :

  • Imedipac avec son pilulier connecté,
  • Withings avec son tensiomètre intelligent,
  • Nokia avec sa balance connectée Body+,
  • iHealth avec son oxymètre connecté Air,
  • Dexcom avec son glucomètre connecté G4 Platinum…